IMG0797
IMG3569
IMG0586a1
IMG4627a
item1
 • Biographie
 • Evènements et publications
 • Publication dans Place
BRONWYN LOUW
Une sélection de poèmes

Née le 9 Juin 1992 à Great Barrington, Massachusetts, Bronwyn Louw a passé son enfance entre les collines de Berkshire County et les Himalaya. Elle vient des montagnes.

Elle n’a pas fréquenté l’école jusqu’à l’âge de 15 ans, et au lieu d’une éducation formelle elle s’est nourrie du jeu, de la lecture, de l’écriture et du voyage. Après avoir vécu en Inde et au Népal, et voyagé en Europe en compagnie de sa mère et ses nombreux frères et sœurs, elle s’est installée en France à l’âge de 15 ans.

Elle y a exploré la langue française, découvert cet univers particulier qu’est l’école et vu grandir le miracle d’une famille composée, en l’occurrence française et artiste, habitants de la frange de Paris et sources infinies d’inspiration. Elle a eu son baccalauréat en 2011, et fréquente actuellement Sciences Po, Paris où, contre toute attente, elle a découvert la nébuleuse de la poésie française contemporaine et une nouvelle voix, grâce à sa rencontre avec la poète Claude Ber.

En parallèle de ses études, Bronwyn écrit et prépare sa prochaine aventure, un séjour d’un an en Cisjordanie, où elle cherche à faire connaissance avec la langue arabe, un bout du Proche Orient, et la communauté dynamique des poètes qui s’y trouvent.

C’est un âge-rond, un âge-césure. Dans notre symbolique des chiffres, 20 doit être heureux. Il ne peut en aller autrement pour la symétrie paire de 10 + 10. 20 doit représenter une rupture avec l’arrière pays des années du devenir maladroit, un bond vers l’être.

Les ambitieux comme mes sœurs font le deuil de ce fantasme d’enfant prodigue. Les rêveurs comme moi ouvrent les yeux et se trouvent nez-à-nez avec la claustrophobie.

20 ans aujourd’hui, c’est une représentation étroite à habiter. Un âge sujet à l’ingérence cannibale d’injonctions contradictoires. Paraît qu’il faut « se régaler », « en profiter » pendant que « ça dure » tout en réservant sa place au soleil en se conduisant avec un minimum de « sérieux ».

Mais moi j’ignore le contenu de ce « en » duquel on profite, du « ça » qui dure à échéance fermée. J’ignore également où est-ce que le soleil va briller plus tard (je secrète l’espoir qu’il va changer d’angle).

Depuis que mes 20 ans me guettent, l’horizon n’est plus sans relâche. J’ai arrêté de le scruter des yeux. Il n’est plus question de vision, ni de ses enfants. Au lieu de sortir mes jumelles, j’étire mes doigts de pied comme dans le sable, je respire du nez. Nous sommes tous debout sur un plancher d’horizon, nous peuplons l’impasse avec notre présence verticale.

Poésie Contemporaine
• 20 ans :
Image2b
 • lien au blog
poesiebronwyn@gmail.com 
 © 2012-2013 Bronwyn Louw
Design by Erlend Neumann Design
Une colombe à la place IMG0797a Wandersome* ou quand je mourrai IMG3569a Navigation IMG0586a Le matin ouvre aussi IMG4627a1